tina alt image

La RSE dans les entreprises

La RSE, ou la responsabilité sociétale des entreprises est, de nos jours, un outil clé dans la quête de performance et d’engagement d’une entreprise. Elle intègre ainsi au sein des préoccupations quotidiennes de la vie d’entreprise les facteurs sociaux et environnementaux, qu’elle fait refléter à travers son image et qu’elle transmet à ses collaborateurs.

La RSE peut alors se définir simplement comme la contribution des entreprises aux enjeux du développement durable. Par définition, une entreprise qui pratique la RSE va donc s’atteler à avoir un impact et un message positifs tout en étant économiquement viable. Le projet doit donc avoir du sens et répondre à certains critères.

Introduit en France dans les années 1960, le concept de RSE s’applique autant au monde interne de l’entreprise qu’à l’extérieur de ses murs. En effet, l’objectif interne demeure dans le bien-être des salariés, pour qui la relation de confiance et la possibilité de dialogue sont très importantes. Des employés heureux, c’est un environnement de travail agréable et un facteur de performance.

De plus, à travers l’image qu’elle transmet aux identités extérieures, l’entreprise doit laisser percevoir qu’elle est transparente, qu’elle prend en considération ses collaborateurs ou clients mais aussi, surtout de nos jours, qu’elle est engagée dans le respect de l’environnement.

tina alt image

Les chiffres

Aujourd’hui, en termes de chiffres, la RSE est significative. En effet, de récentes études ou encore la mise en place du Baromètre national de perception du Mouvement des entreprises de France (MEDEF) prouve l’intérêt d’une stratégie RSE.

Pour les salariés :

→ 83 % des salariés issus d’entreprises dotées d’une fonction ou d’un service RSE considèrent que leur entreprise a un impact positif sur la société

VS

→ contre 59 % des salariés travaillant dans des entreprises qui n’en ont pas.

→ S’impliquer dans la cause environnementale est un pari gagnant en termes de marque employeur puisque 78% des salariés choisiraient (à offres équivalentes) d’aller travailler pour une organisation véritablement engagée en faveur de la transition écologique.

→ 88% des salariés estiment que la transition écologique est un sujet important dans leur entreprise, et 36% pensent qu’il est prioritaire

→ 83 % des salariés indiquent avoir plaisir à travailler dans leur entreprise si celle-ci déploie une stratégie RSE

VS

→ contre seulement 64 % dans les entreprises qui n’en sont pas dotées.

→ Selon une étude de France Stratégie, intégrer l'éthique dans son activité augmente la performance de 13% en moyenne.

Pour les collaborateurs ou clients :

→ 56 % des Français pensent que les entreprises devraient communiquer sur leur engagement jusque dans leur point de vente

→ 65 % des Français choisissent d'acheter (ou de boycotter) une marque en fonction de ses prises de position

Mettre en place une politique RSE rime pour beaucoup avec le mot dépenses. Effectivement, la première chose à étudier quand on se lance se trouve dans la réflexion d’un budget dédié aux actions RSE. Sans aucun budget, le plan d’action RSE élaboré ne peut pas être en capacité de mettre en place la moindre action RSE. Cependant, celui-ci ne représente pas obligatoirement une grosse somme, il est possible d’entamer son cheminement par des actions peu dispendieuses. Ainsi un budget, même petit, peut suffire à initier une démarche RSE. Les coûts indispensables sont eux représentés par la création d’un poste dédié (ou par l’embauche d’un cabinet de conseil pour se pencher sur certaines thématiques).

tina alt image

Les aides

Aujourd’hui, en France, qui est le pays où les entreprises engagées sont parmi les plus performantes au monde, les grosses entreprises qui peuvent se permettre d’allouer un gros budget à leur démarche RSE se distinguent et brillent. Une entreprise qui manque de ressources mais désirant entamer une démarche RSE peut alors avoir recours à différentes aides intéressantes : selon https://lostintransition.fr/rse-subventions-2021/ (N.B : certaines aides locales sont également disponibles, les aides répertoriées ici sont au niveau national).

tina alt image

Les outils

Afin de remplir ses objectifs RSE, une entreprise a à sa disposition de nombreux outils, qui continuent actuellement à se développer, notamment pour quantifier leurs performances et leurs actions dans leur démarche en matière de développement durable. Parmi ces outils, on trouve

  • l’ACV (Analyse de Cycle de Vie). L’ACV sert en effet à quantifier les émissions de gaz à effet de serre et les impacts sur l’environnement résultant des activités de l’entreprise.
  • Le bilan carbone
  • Le rapport RSE

D’autres outils progressent aussi pour mieux prendre en compte les attentes de tous les acteurs concernés par un projet mais aussi pour mieux communiquer, de manière plus responsable. La déclaration de performance extra-financière (DPEF) est un document permettant aux entreprises de communiquer sur leurs mesures à propos des questions sociales, environnementales et sociétales de leurs activités.

Pour finir, une étape importante au sein de la communication des entreprises est représentée par l’obtention d’un label RSE. En effet, cela met en lumière et affirme la véracité de l’engagement des organisations tout en mettant en valeur les actions mises en place.

De cette façon, un label RSE est une entité qui garantit l’engagement d’une organisation ou autre dans sa démarche RSE.

Parmi les labels RSE les plus célèbres :

  • le label LUCIE 26000
  • le label Engagé RSE de l’Afnor
  • le label Fair For life d’Ecocert