tina alt image

Interview d'ADOK, le hub tactile

Une innovation responsable

tina alt image

Lorsqu'on propose un service BTOB (business to business), il est courant de rencontrer des entreprises avec des projets qui nous parlent, nous ressemblent et sur lesquels on aime communiquer. En effet, ce mois-ci, on a réalisé les t-shirts d'ADOK, le hub tactile en vogue ! Quand ils ont choisi notre offre seconde main et qu'on a découvert leur projet, on a vite compris qu'on avait des valeurs en commun.

C'est pourquoi on s'est dit : pourquoi ne pas mettre en lumière sur notre blog nos clients à travers leur activité et leur entreprise ?

Paul Péretié, CEO d'ADOK, a joué le jeu et a ainsi répondu à nos questions.

tina alt image

Les questions

- Pourriez-vous commencer par présenter Adok ? Quelle est son histoire ?

Adok est née en 2016 de l'idée qu'on pouvait proposer une alternative aux écrans tactiles qui soit plus flexible, plus collaborative, et plus adaptée à de nombreux environnements. Nous avons donc développé notre propre technologie de projection tactile, qui transforme n'importe quelle surface en interface collaborative pour les professionnels. Après 3 ans de R&D pour arriver à un produit abouti, nous avons lancé l'industrialisation, en France, à Dieppe chez Toshiba.

- Vous décrivez Adok comme un Hub Tactile, qu’est-ce exactement ?

Le Hub Tactile Adok est un appareil mobile trois en un. Il embarque un PC Windows 10, un pico-projecteur et surtout un système de tactile. Il fonctionne très simplement : vous le posez sur une table ou contre un mur, et ceux-ci se transforment en écran tactile d'un mètre de diagonale.

- Comment s’est profilé votre collaboration avec Toshiba ?

Nous avions la volonté de fabriquer en France, car nous sommes conscients de l'impact écologique d'un produit électronique. De plus, nous sommes persuadés que la France a des ressources industrielles qui sont trop souvent négligées, et qu'il n'est pas forcément plus pertinent de fabriquer à l'autre bout du monde, surtout pour des produits à forte valeur ajoutée. La suite nous aura donné raison, puisque les coûts de transports internationaux ont très fortement augmenté, et que le Made in France est devenu un argument commercial très fort.

- Vous dites que la technologie Adok réduit l’impact écologique ? Pouvez-vous nous expliquer le fonctionnement ?

Comparée à un écran tactile d'un mètre de diagonal, fabriqué à l'autre bout du monde, un Hub Tactile est 4.5 fois moins émetteur de gaz à effet de serre sur l'ensemble de sa vie. Concrètement, il faut moins de métaux rares pour le produire, il est fabriqué à proximité de la majorité de nos clients, il consomme beaucoup moins, et se recycle mieux.

- Qu’est-ce qui a motivé votre collaboration avec Club Tina ?

Nous souhaitons être cohérents dans notre approche. Nous avons bien conscience de ne pas être parfaits sur tout concernant l'impact de notre activité. C'est impossible de l'être. Mais nous cherchons à nous améliorer en permanence. Quand le choix s'est présenter de faire de nouveaux T-shirts pour l'équipe, l'alternative seconde main nous a beaucoup plu.

- Avez-vous d’autres causes qui vous tiennent à cœur ?

Le développement du transport et de la logistique à vélo plutôt qu'en véhicules motorisés.

- Comment décririez-vous Adok aujourd’hui, en une phrase ? Et en un mot ?

En une phrase, Adok c'est une équipe un peu folle qui bosse sur un produit hyper innovant. En un mot, tactile bien sûr !